S&P – Recours croissant des collectivités aux billets de trésorerie

Les collectivités locales françaises ont émis un montant record de billets de trésorerie (BT) en 2015.  A plus de €13 milliards, les émissions de BT sont en croissance de 31% sur un an (voir graphique 1).

Pour 2016, nous anticipons que le montant total de BT émis par les collectivités françaises équivaudra au moins à celui de 2015.

En 2015, ces émissions ont concerné une vingtaine de collectivités (villes, intercommunalités, départements, régions, autorités organisatrices des transports).  Selon nous, les plus grandes collectivités locales françaises recourront plus massivement aux BT, soit à terme de l’ordre de 150 à 200 collectivités.

Vous trouverez l’étude en pièce-jointe et vous pouvez également voir un résumé en vidéo.

Parmi les principaux déterminants de ce recours croissant aux BT :

  • des coûts de financement comparativement faibles, dans un contexte de réduction des dotations de l’Etat aux collectivités (voir graphique 2).
  • la recherche d’une diversification des sources de financement, et
  • les fusions, actées ou en cours de collectivités, désormais plus nombreuses à disposer de la taille critique et de l’expertise financière nécessaires.

Nous estimons ainsi qu’entre 150 et 200 collectivités pourraient à terme devenir émettrices de BT, sur la base de leur taille budgétaire et de leurs besoins de trésorerie. Ceci comprend l’ensemble des régions et la plupart des départements, ainsi que les principales villes et intercommunalités.

 Le recours aux BT a eu jusqu’ici un impact neutre sur la qualité de crédit des collectivités locales françaises.  A moyen terme, l’impact pourrait être plutôt favorable, notamment par l’élargissement de la base d’investisseurs des collectivités, qui pourrait s’accroître dans le cadre de la réforme récemment annoncée du marché des titres de créances négociables.

S&P Global Ratings note 16 des 24 collectivités locales françaises ayant émis des BT en 2015 (voir graphique 3).   Leurs notes se situent au niveau le plus élevé de l’échelle de notation à court terme, « A-1+ », ou au second cran « A-1 ».  Cette échelle est utilisée pour noter la dette émise avec une échéance inférieure à 1 an.

 

> Télécharger le communiqué de presse

> Source :  www.standardandpoors.com

De plateforme des institutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »http://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s